Martenot au fil du net...

AVIGNON : Musictheatrart

Voir en ligne :

http://musictheatrart.midiblogs.com...

http://musictheatrart.midiblogs.com...

L’Ecole des Beaux Arts accueille la musique contemporaine

Dimanche 13 décembre 2009 à 18h

C’est dans le cadre des saisons musicales de Création & Permanence crées en 2002 par Marcel Brulé, que l’Ecole des Beaux Arts d’Avignon accueille le dimanche 13 décembre 2009, à 18h le dernier concert de l’année.

Trois musiciennes, Virginie Colette, soprano, Sophie Maréchal, guitare et Nadia Ratsimandresy, ondes Martenot, aux parcours très différenciés, pour un concert autour de l’un des premier instrument électrique du monde : les Ondes Martenot. Volume II A

Le Trio 3D (photo D.R.) donc utilisera les dimensions inouïes de la très originale nomenclature du répertoire des Ondes Martenot en poursuivant une aventure de création musicale rare.

C’est pour elles que Régis Campo arrange sa pièce L’Apothéose de Couperin, ou que Frédérick Martin leur compose, sur une commande d’Etat, Lonc Tens Ai Mon Tens Usé, compositeurs déjà accueillis à Avignon les années passées...

Au cours de ce concert le Trio 3D nous donnera à entendre ce vaste répertoire des ondes Martenot, crée par Maurice Martenot (1898 - 1980) et présenté au public de l’Opéra de Paris en mai 1928, et interprétera des œuvres de John Cage, Régis Campo, Frédérick Martin ou Roland Creuze.

Ainsi, en invitant une nouvelle fois les compositeurs d’aujourd’hui de manière audacieuse, la Ville d’Avignon se place sur le devant de la scène pour la diffusion de la musique du siècle.

Le programme

John Cage : story ; Régis Campo : Apothéose de Couperin ; Frédrick Martin : Lonc tems ; Jean Marc Chouvel : Nuvole ; Roland Creuze : L’ombra del cielo

Les interprètes

Virginie Colette, Soprano, fait ses études à Paris en Chant Baroque, Art Lyrique et Opérette jusqu’en 2000. On l’entend dans des rôles principaux tels que « Véronique » de Messager, Suzon des « Saltimbanques » de Ganne, Serpina de « La Servante Maîtresse » de Pergolèse et dans des seconds rôles comme Belinda de « Didon & Enée » de Purcell, Micaella dans « Carmen » de Bizet ou Bluette dans « Croquefer » d’Offenbach.

Elle fait partie d’un ensemble de musique baroque La Menestrandise avec lequel elle chante les Cantates à voix seule et In Furore de Vivaldi, les Cantates à la Française de Montéclair ou encore les Cantates Italiennes de Haendel.

Sophie Maréchal, guitariste, s’est formée auprès de Roland Dyens, puis au CNR de Paris avec Pedro Ibanez et dans la classe d’André Simony à l’ENMD de Noisiel avec qui elle obtient son Prix. Elle se spécialise autour des répertoires contemporains notamment avec Wilhem Brück au Centre Acanthes, Caroline Delume et Rafaël Andia.

Après avoir exploré la « multidimension » - en solo dans un répertoire résolument contemporain, en duo avec la voix (Agnès Morel - Duo Edeba), la flûte (Hervé Jean Claude).

Sophie est actuellement assistante titulaire de la classe de guitare de l’ENMDT de Mantes-la-Jolie.

Nadia Ratsimandresy, ondiste, est admise au CNSMDP dans la classe d’onde en 1998 et y obtient en 2002 un Premier Prix (Diplôme de Formation Supérieure, mention « très bien »).

Elle pratique principalement de la musique de chambre, notamment en duo avec la pianiste Géraldine Dutroncy (New York, session de travail avec Tristan Murail, 2005), avec l’ensemble Ondes de Choc (Londres, London Sinfonietta, Tom Yorke et Jonny Greenwood du groupe de rock Radiohead, 2005) et avec l’ensemble Vecteur Ondes (Opéra de Paris, 2008).

Elle travaille depuis 2008 avec le pianiste italien Matteo Ramon Arevalos (Angelica Festival, Ravenna Festival) avec qui elle enregistre le disque « Messiaen et autour de Messiaen » paru chez ReR Megacorp (mai 2009), ainsi qu’avec l’ensemble VOLTA (2 ondéas, guitare électrique et percussions).

L’Onde Martenot

C’est Maurice Martenot (1898 -1980) qui découvrit le principe des « ondes Martenot » lorsqu’un militaire dans les retransmissions radio pendant la première guerre mondiale s’aperçut de la pureté des vibrations produites par les lampes dont on fait varier l’intensité à partir d’un compensateur.

Monophonique, l’instrument est composé de 3 diffuseurs : le principal (haut parleur traditionnel), la résonance (deux possibilités : un diffuseur ancien nommé palme, en forme de flamme, dont les cordes placées sur une caisse de résonance et accordées permettent au son de se prolonger en vibrant par sympathie, ou la plus récente résonance formé de ressorts qui permet le même résultat mais avec plus puissance), et le métallique (un gong mis en vibration par un moteur, le métal remplaçant la membrane du haut-parleur, provoquant un halo sonore métallique de hauteur précise).

Le clavier qui autorise une grande virtuosité, est mobile et permet un vibrato contrôlé en temps réel mais aussi les micro-intervalles.

Devant celui-ci, un "ruban" avec une bague que l’on met à l’index de la main droite, dont la fréquence correspond à la touche qui se trouve en face d’elle, permet d’obtenir un jeu identique à celui obtenu avec un instrument à cordes, sans frette, ou avec la voix (glissandos, effets, lyrisme, chant) sur les neuf octaves qu’autorisent les ondes.

A la main gauche, un tiroir regroupe les commandes : timbres (une centaine de combinaisons possibles), boutons transpositeurs, commandes des diffuseurs, balance, bruit rose et la touche d’intensité, très sensible. Semblable à un archet, aucun son n’est émis par l’instrument si l’interprète n’enfonce pas cette dernière qui permet de réaliser phrasés, nuances et attaques. Deux pédales (sourdine et touche d’intensité contrôlable au pied) complètent le dispositif.

copyright Thomas Bloch / Naxos, 2004

Création & Permanence

C’est en 2002 que Marcel Brulé reçoit l’appui de la Ville d’Avignon pour lancer le cycle de musique contemporaine « Création & Permanence ». C’est Esther Moench, alors conservateur du Musée du Petit Palais qui, voulant allier histoire et modernité, accueille pendant de nombreuses années ces concerts.

On y recevra Martin Matalon, Bruno Mantovani, Gilles Schuehmacher, mais aussi Frédérick Martin ou Pierre Boulez.

Les compositeurs vivants les plus marquants de ce Siècle seront ainsi invités.

7, rue Violette

84000 Avignon

Renseignements : 05 55 65 18 90

Tarif : 12 € et tarifs réduits