Portraits de musiciens

Daniel BLACKSTONE

Né dans une famille de musiciens amateurs, Daniel Blackstone commence le piano à l’âge de six ans, au retour de l’exode avec une élève d’Alfred Cortot. Il poursuit ensuite ses études musicales avec une élève de Marcel Ciampi, professeur au CNSM, puis avec Marcel Ciampi lui-même. Il a été attiré par l’orgue dès son plus jeune âge : il suit assidûment à partir de 1942 les concerts donnés par André Marchal et commentés par Norbert Dufourcq au Palais de Chaillot, sur le somptueux Cavailhé-Call revu par Victor Gonzalez à l’occasion de son transfert en 1937 dans la grande salle du Palais de Chaillot. Concurremment, il fait partie successivement de deux filiales parisiennes des Petits Chanteurs à la Croix de Bois. Il y découvre non seulement le chant polyphonique mais le chant grégorien. Dès le lycée, il crée ses premières chorales. S’orientant ensuite vers les études littéraires, théologiques et historiques, il continue néanmoins ses études musicales en suivant pendant quatre ans des cours d’orgue avec Pierre Doury, élève de Marcel Dupré, Prix de Rome, et titulaire, à cette époque, de l’orgue de chœur de Saint Sulpice.

En 1973, il découvre les Ondes Martenot et participe comme organiste et accompagnateur à plusieurs concerts de l’Ensemble d’Ondes de Paris fondé par Francesca Paderni auquel participe Jeanne Loriod, notamment en l’église des Blancs Manteaux et à Sainte Cécile de Boulogne.

C’est en 1975 qu’il consacre entièrement sa vie à la musique et à son enseignement et qu’il fait la connaissance, par Francesca Paderni, de Maurice Martenot. Tout en reprenant des études d’orgue avec Edouard Souberbielle à l’Institut de Musique Liturgique, il devient collaborateur de Maurice Martenot à la demande duquel il participe à des stages d’information notamment à Lille. Maurice Martenot, en juin 80, lui demande d’assurer seul la session de formation demandée par le conservatoire de Thiers à la Toussaint, ce qu’il fera mais hélas après la mort de Maurice Martenot. Parallèlement, il a suivi l’enseignement pianistique de Ginette Martenot. De 1980 à 1983, il collabore à la restructuration de la Formation Pédagogique pour en assurer la pérennité et le développement sous la direction de Michel Moureau et en collaboration avec lui. Il participe également aux trois Rencontres Estivales organisées par Michel Moureau à Gourdon en Quercy en 1981, 1982 et 1983. Après le départ de Michel Moureau, il quitte également la rue Saint Pierre et est recruté par le Conservatoire Municipal de Boissy Saint-Léger pour y implanter la pédagogie Martenot. Il est amené à prendre la direction de ce Conservatoire, en même temps qu’on lui propose de prendre la direction de l’Ecole de Musique de Cormeilles en Parisis. Il opte finalement pour ce deuxième poste qu’il occupe jusqu’à sa retraite en 1999. Parallèlement à ces activités, il est pendant dix ans organiste au Temple de Bois Colombes puis organiste à la Paroisse catholique d’Ermont. Depuis 1999, il a participé pendant plus de dix ans à des stages organisés par un professeur du CRR de Paris, Madame Chantal Fraysse, où il donne des cours de travail de l’oreille, de culture musicale et d’harmonisation au clavier selon les méthodes de Ginette et Maurice Martenot.

Il rédige depuis plus de trente ans la rubrique des "Nouveautés dans l’édition musicale" de la revue "L’Education Musicale" et participe à des projets éditoriaux des éditions Beauchesne, notamment la réimpression et la mise à jour de la collection "Voir et entendre" de Jean-Marc Déhan et Jacques Grindel ainsi qu’à la réédition du livre de Jean Laurendeau : Maurice Martenot, luthier de l’électronique.