carte du monde
Warning: Illegal string offset 'id_auteur' in /home/federatigu/www/plugins/auto/cache_cool/cache_cool_options.php on line 50

Martenot au fil du net...

Etudiant de Paris - Le portail de la vie étudiante -

Voir en ligne :

http://www.etudiantdeparis.fr/info/...

Etudiant de Paris - Le portail de la vie étudiante -

Influencé par Radiohead, Portishead, Archive ou encore Pink Floyd, le groupe Nabe mêle sonorités électroniques et acoustiques. Mené par la voix enveloppante de Céline et les ondes Martenot (instrument peu connu) d’Augustin, le groupe crée un univers musical envoûtant et langoureux.

Interview des deux créateurs de Nabe, l’une étudiante en Licence 3 d’Archéologie à l’Université Paris 1 et l’autre élève du Conservatoire de musique de Boulogne.

Etudiantdeparis : Comment Nabe est-il né ?

Céline : On s’est rencontrés au lycée. On faisait de la musique chacun de notre côté avant. On avait tous les deux envie de faire le même style, un peu électronique rock. On a créé le groupe en 2003. On n’était que tous les deux, on faisait tout : batterie, basse, guitare... On ne faisait que de l’enregistrement, c’était pas une musique vivante.

Fin 2005, on s’est dit que ce serait bien qu’on ait d’autres personnes avec nous, pour faire des concerts. On a commencé à recruter un batteur, Aurélien, ma sœur Anne-Catherine à la deuxième voix et à l’hammond, et un bassiste, Scott. En 2006, on a commencé les premiers concerts.

EDP : Vous avez fait beaucoup de concerts ?

Augustin : Une vingtaine. On joue dans des petits bars, en général avec d’autres groupes.

EDP : Comment communiquez-vous sur vos concerts ?

C. : Tout se passe par Internet parce qu’on n’a pas les moyens de faire des flyers. On a une mailing list. Pour l’instant, on a 200 personnes inscrites. A chaque fin de concert, on prend l’adresse mail de tous les gens qui ont aimé et comme ça on se crée un réseau de plus en plus grand. Sinon, on a un autre moyen qui est assez pratique, c’est MySpace. Là, on est à 300 mails.

EDP : Comment qualifieriez-vous votre style ?

A. et C. : Il y a des passages trip hop, des passages rock, d’autres plus psychédéliques. Le style change selon les chansons. C’est plutôt trip hop sur le CD et plus rock en live. Sur le CD, il n’y a pratiquement pas de guitare, c’est très "smooth". En live, c’est plus "punchy". On a toujours peur d’endormir les gens. On essaie de les rattraper avec des riffs, des choses comme ça.

EDP : Vous avez un CD en vente ?

C. : Non, on n’est pas produits. On a fait un CD de démo de 7 titres et on est en train de préparer un CD de 4 titres, qu’on pourra faire on espère en autoproduction.

On essaie d’envoyer les CD à un maximum de labels. On a toujours la même réponse : « vous ne correspondez pas ». En fait on a eu des réponses pas définitives. Il y a des maisons de disques qui nous ont dit : « on veut voir en live ».

EDP : Quels instruments utilisez-vous ?

C. : On a plein d’instruments bizarres !

A. : On utilise les ondes Martenot. C’est un des premiers instruments électroniques. Ça été breveté en 1928. C’est proche du synthétiseur au niveau du fonctionnement. Il y a oscillateur, un clavier et des haut-parleurs intégrés, avec des résonances mécaniques. C’est l’instrumentiste (l’ondiste) qui modèle le son lui-même. On peut choisir la forme d’onde qu’on veut. On fait varier l’intensité du son en direct. Ça a un son très caractéristique, qu’on entend dans les films de Science Fiction. Un son très aérien.

Il y a des groupes qui s’en servent, dont Radiohead et Yann Tiersen. Je l’ai découvert avec Radiohead. Maintenant je l’étudie au Conservatoire. Même si l’instrument n’est pas connu, il y a un répertoire important.

On l’entend plus particulièrement sur Beats, le morceau d’intro du CD, sur lequel on retrouve une voix et 4 ondes Martenot.

C. et A. : On utilise aussi l’hammond (un orgue), le rhodes (un piano électrique) et le theremin. C’est une antenne. Le son change suivant la place du corps par rapport à l’antenne. C’est assez marrant. C’est très difficile d’en jouer parce qu’on n’a aucune marque visuelle. Si quelqu’un marche juste devant, ça fait une interférence.

EDP : Qu’attendez-vous du festival Ici et Demain ?

C. et A. : De voir plein de gens ! Puis ça nous permet de faire un concert avec des bonnes conditions, par rapport aux bars. On espère avoir des contacts et nous produire devant le plus de monde possible.

EDP : D’autres projets ?

C. : On prépare la B.O. du pilote d’une série télé, qui sera présenté à des producteurs. C’est très motivant. En plus c’est du fantastique, donc on s’éclate !

NABE

Sélectionné pour le festival Ici et Demain 2007, catégorie Musique

Concert le 8 mars à 22h, à la Guinguette Pirate (13ème).

Précédé du concert de Pauline Paris (chansons), à 20h.

Plus de détails dans l’agenda du festival >>

FORUM ICI ET DEMAIN : échangez sur le groupe Nabe >>

<< Retour à la rubrique "Festival Ici et Demain"