carte du monde
Warning: Illegal string offset 'id_auteur' in /home/federatigu/www/plugins/auto/cache_cool/cache_cool_options.php on line 50

MÉTHODE MARTENOT, LA GRANDE PORTÉE

RÉALISATION

Il est facile de réaliser une grande portée à partir d’une pochette perforée transparente A3 (vendue généralement par 10) : Marquez, avec un feutre noir moyen à partir de 6 cm du bas (côté large opposé à l’ouverture) 7 repères de 2 en 2 centimètres de chaque côté de votre feuille transparente. Tracez la première et la dernière ligne en pointillés (elles serviront de lignes supplémentaires) puis les cinq du milieu en trait plein. Il vous suffira de fixer à votre tableau, avec un scotch transparent, la feuille arrière de votre pochette sur toute sa longueur. Vous glisserez aisément les différents « cartons ». Pour maintenir les notes sur la ligne choisie vous pouvez utiliser deux trombones pour fixer la feuille (un grammage standard de 80 gr est suffisant) mais si vous avez un tableau magnétique la mise en place est encore plus rapide avec deux plots magnétiques.

Il est parfois pratique d’avoir une portée plus proche de la partie supérieure. Utilisez alors soit la même pochette retournée soit une autre pochette pour tracer les 7 lignes de portée depuis le haut de 2 en 2 cm.

Les cartes « Mots mélodiques - Série 1 & 2 » peuvent être scannées ou photocopiées agrandies 5 fois sur papier A3 ou éventuellement en deux moitiés en A4 à coller et être présentées dans une pochette perforée sans portée.

LES CARTONS DU MAÎTRE

1ère série

34 cartons

Quelques exemples d’utilisation de ’’La Grande Portée’’

I.- Les Formules Rythmiques

PRÉPARATION ORALE (voir livre du maître, page 27 à 33 et 129 à 134)

1° RÉPÉTITION d’une formule rythmique :

a) très précise

b) avec crescendo et diminuendo.

c) Avec accelerando et rallentendo.

d) Avec des expressions de différents caractères.

2° PULSATION FRAPPÉE pendant la répétition continuelle de la formule.

3° RECONNAISSANCE AUDITIVE parmi d’autres formules.

LECTURE (voir livre du maître, pages 41 à 44).

1° PRÉSENTATION VISUELLE du carton N°1 (voir livre du maître, pages 135 à 140).

2° ADJONCTION D’AUTRES FORMULES (cartons 2, 3, 4).

3° RECONNAISSANCE VISUELLE d’une formule parmi les autres.

4° LECTURE en modifiant l’ordre des formules.

En cas d’erreur, la formule est reprise, précédée et suivie d’autres formules.

5° LECTURE RAPIDE en faisant apparaître la formule un très court instant.

NOM DES VALEURS (voir dans le cahier des élèves 1A)

1° RÉPÉTITION des formules avec la prononciation du NOM DES VALEURS.

2° LECTURE des formules avec la prononciation du NOM DES VALEURS.

3° AUDITION de la formule donné par le maître sur la syllabe « la » et répétée instantanément par les élèves avec le nom des valeurs.

ENCHAÎNEMENTS.

1° Une LONGUE SUCCESSION de FORMULES RYTHMIQUES est exposée par le maître.

Les élèves la lisent (voir livre du maître, page 138).

2°ENCHAÎNEMENT INATTENDUS.

Le maître montre dans un ordre quelconque au fur et à mesure les formules rythmiques exposées.

II.- Les Notes Isolées.

Lorsque les JEUX d’INTONATION (livre du maître page 39) sont bien réalisés, le maître reproduit sur la « grande portée » avec les « notes isolées » des « ONDULATIONS » sur deux ou trois sons, puis des « MOTS MUSICAUX », suivant les indications données (livre du maître, pages 180 à 193).

Les cahiers des élèves permettent de nombreux exercices d’INTONATION, d’AUDITION, de LECTURE CHANTÉE, d’IMPROVISATION.

III.- Les Mots Musicaux -

Les Questions et les Réponses.

Les CARTONS AYANT SERVI à la présentation des « Formules rythmiques » sont glissés sous les lignes de la « grande portée » en observant la progression (chaque cartons est numéroté, les n° impairs « questions » sont placés à gauche de la portée, les n° pairs « réponses » à droite).

La place de la TONIQUE est indiquée par « t », ce « t » sera d’abord placé dans le 1er interligne.

PRÉPARATION ORALE.

Le « Mot musical » est chanté par le maître, puis par les élèves.

Les Questions et les Réponses d’abord données par le maître, sont reproduites par deux camps se répondant.

LECTURE, AUDITION, RECONNAISSANCE, IMPROVISATION.

Les mots sont lus en chantant.

Les mots sont reconnus auditivement par d’autres.

Les mots sont reconnus visuellement par d’autres.

Ils servent de thème à de nombreuses improvisations vocales (livre du maître, pages 73 à 76 et 199 à 206).

IV. - Transposition

1° Lors de l’étude des tonalités, le maître pose une armure quelconque devant la « grande portée » les élèves indiquent à quel endroit se trouve la TONIQUE, et chantent les « mots musicaux » disposés par le maître ou par un élève à la place voulu sur la portée.

2° Un même « mot » glissé d’une place à l’autre est immédiatement transposé vocalement en supposant l’armure à la clé.

LES CARTONS DU MAÎTRE

2ème série

38 cartons

Quelques exemples d’utilisation de ’’La Grande Portée’’

I. - Les Intervalles

PREPARATION ORALE Le maître fait entendre un intervalle consonnant doucement émis, soit au piano, soit par deux élèves ou deux groupes d’élèves, puis un intervalle dissonant.

Les élèves énoncent les impressions ressenties à l’audition prolongée de ces deux intervalles, ils les comparent entre eux en leur appliquant différents qualificatifs. (Voir livre du maître, page 227)

Ils les reconnaissent au passage parmi d’autres intervalles.

Partagés en deux camps, ils les chantent en changeant de partie au signal du maître.

Les élèves écoutent l’un de ces intervalles soutenu et, à « l’extinction » de la sonorité ils vocalisent mélodiquement les deux sons, soit de haut en bas, soit de bas en haut.

LECTURE DES INTERVALLES HARMONIQUES. (Voir livre du maître, page 218)

Le maître plaçant tour à tour « les cartons intervalles » sous les lignes de la portée, fait remarquer que les deux notes des intervalles se trouvent, soit placées pareillement : toutes deux sur les lignes ou toutes deux dans les interlignes, soit placées différemment : l’une sur la ligne l’autre dans l’interligne.

Dés que les élèves savent à la présentation d’un intervalle quelconque, énoncer spontanément « pareils » ou « pas pareils », la maître leur apprend que les intervalles correspondants aux nombres impairs ont une disposition semblable et leur présente des tierces, des quintes et des septièmes que les élèves nomment spontanément.

Le même processus est repris pour la lecture immédiate des intervalles correspondants aux nombres pairs soit les secondes, quartes, sixtes, octaves en remarquant que la position, des deux notes composants ces intervalles, est différente.

LECTURE DES INTERVALLES MÉLODIQUES (au verso des cartons).

1° Reprendre les exercices ci-dessus en les appliquant aux intervalles mélodiques.

2° Solfier et mémoriser des marches de secondes mélodiques suivant le déplacement de cet intervalle sous les signes de la portée.

3° Même étude pour les autres intervalles.

NATURE DES INTERVALLES (voir livre du maître, pages 227 à 230)

A l’aide du « carton diésé » et du « carton bémolisé » le maître modifiant la nature des intervalles demande aux élèves :

1° De reconnaître auditivement l’écartement ou le rapprochement des sons composant l’intervalle, puis la nature de l’intervalle donné.

2° D’enchaîner en chantant les différentes modifications d’intonation résultant du changement d’altération.

3° D’énoncer les différentes natures au fur et à mesure des modifications entendues ou chantées.


II. - Les Accords

(Voir les règles du jeu des accords)

MÉMORISATION.

Afin de permettre aux élèves de trouver immédiatement les noms d’un accord parfait, il sera bon de leur faire mémoriser l’enchaînement des tierces : do mi sol, si ré fa, la do mi, et de les habituer à énoncer cette suite de notes en partant de n’importe quel nom.

PRÉSENTATION ET LECTURE.

Le maître place sous les signes de la portée le carton représentant les trois notes de l’accord à l’état fondamental. Les élèves chantent doucement les notes, soit mélodiquement, soit à trois voix.

POSITIONS.

Trois élèves, face aux autres, chantent chacun un son de l’accord à l’état fondamental : do mi sol, l’élève placé à gauche vient se mettre à la place de « l’élève sol » chantant chacun leur note soit mi sol do 8° représentent ainsi la première position de l’accord.

Avec le déplacement de « l’élève mi » on obtient la deuxième position.

LECTURE DES ACCORDS A LA 1er POSITION.

Après avoir fait remarquer que la note supérieure de la quarte (note éloignée des autres) correspond à la fondamentale de l’accord, le maître glisse les accords aux différentes positions sous les lignes de la portée.

Les élèves :

1° Énoncent la position ;

2° Nomment en chantant soit la fondamentale soit les trois notes de l’accord ;

3° Reprennent les exercices ci-dessus en lisant les accords écrits mélodiquement. (Voir les cartons)

EXERCICES D’INTONATION (cartons intervalles et cartons accords du côté « mélodique ».

Les élèves chantent un intervalle ou un accord à la 1re position sous forme de marche tonale. Le maître, ayant placé au début de la portée une armure quelconque leur demande de reprendre les mêmes notes mais en modifiant leur intonation d’après les altérations de l’armure.

Cet exercice oblige les élèves à une grande concentration et les entraîne à maîtriser leur intonation. Il sera ensuite appliqué aux tons mineurs où l’adjonction de la sensible demandera un renouveau d’attention.


III. - Les Altérations.

TONS DIÈSES

1° Favoriser la mémorisation de l’ordre des dièses en le disant rythmiquement dans un tempo animé (ex : deux croches, noire, triolet noires : fa do sol -ré la mi si).

2° Enchaîner rapidement chaque série : fa, fa do, fa do sol, etc., comme une série de petites notes.

3° Suivant le carton montré par le maître les élèves énoncent rapidement d’abord la série des dièses puis seulement le nom du dièse terminant cette série.

4° Afin que les élèves pensent immédiatement les deux tons (majeur et mineur) corresponds à une armure dièse, le maître, prenant le « carton tierce » le pose à côté du premier dièse de façon à ce que la note supérieure de la tierce se trouve à la place de la tonique du ton majeur et la note inférieur à la place de la tonique du ton mineur.

Les élèves énoncent, pour trois dièses par exemple : « avec trois dièses on est en la majeur ou en fa dièse mineur ».

Procéder ainsi pour tous les tons dièses.

5° Sans poser la tierce que les élèves se représentent mentalement.

6° Exercice inverse sans poser l’armure (ex. : la tierce étant posé sur si ré les élèves disent en si mineur, ou dans son relatif majeur ré, il y a deux dièses fa, do).

7° Reprise des trois derniers exercices en demandant aux élèves d’énoncer également la sensible du ton mineur.

TONS BÉMOLS

1° Mémorisation de l’ordre des bémols énoncé rythmiquement.

2° Énoncer rapidement chaque série de bémols.

3° Suivant le carton montré par le maître les élèves énoncent rapidement la série des bémols.

4° Afin que les élèves pensent immédiatement les deux tons (majeur et mineur) correspondant en partant du dernier bémol de chaque armure présentée (sans oublier d’indiquer les notes bémolisées).

Rappelons que les 72 fichiers des Cartons du Maître seront adressés, GRATUITEMENT à son adresse électronique, « à tout acheteur des Cinq Jeux de Cartes » sur justificatif photocopié de son achat envoyé à

Martenot