LES ONDES A NOTRE DAME DE PARIS

Concert du 15 mars 2016 - Olivier Messiaen - Michèle Foison

Dans le cadre de la saison musicale « Musique Sacrée à Notre Dame de Paris » le mardi 15 mars 2016 a eu lieu un concert exceptionnel.

Au programme :

Olivier Messiaen

  • - « Adoro te », extrait du livre du Saint-Sacrement (1984) Johannes SKOOG, grand orgue
  • - « La Fête des belles eaux » pour sextuor d’ondes Martenot (1937)

Aux Ondes :

  • Valérie HARTMANN-CLAVERIE
  • Nathalie FORGET
  • Pierre THIBOUT
  • Augustin VIARD
  • Cécile LARTIGAU
  • Aurore DALLAMAGGIORE

Michèle FOISON (compositeur et direction)

  • « Gemme d’étoiles » pour sextuor d’ondes Martenot, orgue à quatre mains et tam tam (1969/71)
  • - Nathalie FORGET
  • - Pierre THIBOUT
  • - Augustin VIARD
  • - Cécile LARTIGAU
  • - Aurore DALLAMAGGIORE
  • - Imsu CHOI

aux Ondes.

  • - Hendrick BURKARD, Matthieu ODINET, Raphaël OLIVER et Johannes SKOOG, Grand orgue
  • - Romain BREDELOUP et Charly DORS, percusion

Ce concert a été mis en place grâce au partenariat avec le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, pour les élèves d’orgue de Michel Bouvard et d’Olivier Latry et d’ondes Martenot de Nathalie Forget.

Et avec le Conservatoire à Rayonnement régional de Boulogne-Billancourt pour les élèves de la classe de percussion de Christophe Brédeloup.

« Adoro te » est la pièce initiale du livre du Saint-Sacrement, composé en 1984 et traitant du mystère de l’Eucharistie. Son titre provenant d’un hymne de saint Thomas d’Aquin. L’orgue évolue glorieux, à la façon d’un choral magistral. Une foi inébranlable parcours la pièce, et les sonorités pleines et colorées montent sereinement se perdre dans les hauteurs de la nef.

Bien que composée près de cinquante ans plus tôt, la Fête des belles eaux transmet une même ferveur. Cette œuvre pour sextuor d’ondes Martenot fut commandée en 1937 par la ville de Paris dans le cadre de l’Exposition internationale des Arts et Techniques appliqués à la Vie moderne : des spectacles nocturnes y étaient organisés, mêlant sur la Seine des jeux d’eau et de lumière.

Avec Gemmes d’étoiles, Michèle Foison ne crée pas tant une nouvelle conception du temps que de l’espace : l’œuvre suscite des univers incroyables, embarque l’auditeur dans une aventure galactique où astéroïdes et planètes, lunes et soleils forment un ballet grandiose. Elle est constituée de quatre parties : 1er partie Scintillation et courbes d’étoiles ; 2ème partie Constellation ; 3ème partie Pluie d’étoiles – aérolithes ; 4ème partie Action de grâce.

Un public nombreux, curieux, initié et intéressé est venu découvrir et écouter ce concert exceptionnel proposé dans ce lieu magique qu’est la Cathédrale Notre Dame de Paris.

Sous la direction avisée de Michèle Foison, l’œuvre Gemmes d’étoiles surprend par l’étrangeté des sonorités émises par les ondes Martenot en alternance avec les rugissements de l’orgue et les ponctuations des tam tam.

Olivier Messiaen, professeur de composition de Michèle Foison, considérait Gemmes d’étoiles comme "une œuvre remarquable et très originale".