Les Actualités de la FEAM

Le Chant Des Ondes

6 juillet au Festival de La Rochelle

Publié par Daniel BLACKSTONE

PROJECTION AU FESTIVAL DE LA ROCHELLE DU FILM LE CHANT DES ONDES

Le 6 juillet prochain, projection au Festival de La Rochelle du film documentaire sur les Ondes Martenot "Le Chant des Ondes". [Tous les renseignements sont ici.->http://www.festival-larochelle.org/...]]

La veille, les Ondes Martenot se feront entendre en direct avec Christine Ott lors de la projection du film de Murnau : Tabou. Voir les renseignements ici.

Voir également la Bande annonce du film : http://artifactproductions.ca/lechantdesondes/le-film/

Le documentaire « Le chant des ondes – Sur la piste de Maurice Martenot » intrigue en plongeant dans l’univers musical et humain du plus sensible des instruments électroniques : les ondes Martenot. Un cercle de passionnés, en France comme au Québec, poursuit le legs de Maurice Martenot (1898-1980), inventeur de cet instrument de musique fragile, rare et méconnu. Qu’ils soient musiciens, luthiers ou chercheurs, les protagonistes de ce film choral tentent passionnément de percer le mystère de ce « stradivarius de l’ère électronique ».

Intégrant cinéma direct, archives inédites et trame sonore et musicale étoffée, le film révèle le Martenot comme un chaînon manquant de la connaissance de l’histoire musicale du 20e siècle. La cinéaste Caroline Martel propose un voyage cinématographique évoquant les origines du Martenot et révélant l’esprit de son inventeur qui a su réconcilier la touche humaine et la technologie de façon unique. Avec entre autres Jean-Louis Martenot, le fils de l’inventeur, les ondistes montréalais Suzanne Binet-Audet, Jean Laurendeau, Marie Bernard et Jonny Greenwood de Radiohead.

Inventé en 1918 et montré pour la première fois au public en 1928 à l’Opéra de Paris, l’instrument d’ondes Martenot transforme les ondes radioélectriques en musique. Muni d’un clavier, d’un tiroir et d’un ruban doté d’une bague, cet instrument monodique produit une gamme impressionnante et diversifiée de sonorités et de timbres – dont le compositeur Olivier Messiaen aurait évalué le nombre à quelque 10 000.

Véritable pionnier de la lutherie électronique, Maurice Martenot, n’aura cessé durant toute sa vie de perfectionner l’instrument. Au décès de l’inventeur, en 1980, moins de 300 exemplaires auront été fabriqués, dont 70 sont encore joués aujourd’hui. La disparition de Maurice Martenot provoqua l’interruption de la fabrication de cet instrument à nul autre pareil, gardant en suspens son avenir et ses secrets.

Mais de nouveaux luthiers électroniques se préparent à prendre la relève et à faire vivre pour l’avenir l’instrument de Maurice Martenot.