Martenot au fil du net...

Le Guide.be - Quand Yann Tiersen fait du rock

Publié par Martenot

Voir en ligne :

http://www.leguide.be/Guide/musique...

Le Guide.be - Quand Yann Tiersen fait du rock

Un satellite du Soir en Ligne

depuis http://www.leguide.be/Guide/musiques/page_5377_343568.shtml

Yann Tiersen a donc décidé de remonter tout de suite sur scène dans la foulée de la sortie de son nouvel album, « Les retrouvailles ». Dans une formule qui se veut aux antipodes de la dernière tournée « post-Amélie Poulain » en compagnie des cordes du Synaxis Orchestra.

CRITIQUE

THIERRY COLJON,

envoyé spécial à Lille

Yann revient, entouré de quatre musiciens seulement, à ses premières amours : le rock. Ce qui est parfait pour tous les festivals qu’il va assurer cet été (à Barcelone, Dublin, Budapest...).

Mais au préalable, le musicien breton a tenu à faire quelques petites salles comme la Cigale à Paris, jeudi, ou l’Aéronef à Lille, mercredi. Un Aéronef bien rempli mais surtout intenable tellement la température s’assimilait à celle d’un sauna.

En première partie, Yann avait convié son vieux complice l’Orléanais basé à Montréal (après des études de cinéma à Bruxelles) : Jérôme Minière. Avec son orchestre enfermé dans un minicassette, le chanteur n’a pas manqué de reprendre « La certitude » qu’il avait offerte à son amie Françoiz Breut pour le dernier album de la Bruxelloise d’adoption.

Tiersen arrive donc sur scène avec son « petit » groupe (guitare, basse, batterie et Christine Ott aux claviers et ondes Martenot). Ce qui ne l’empêche pas d’ouvrir à l’accordéon son concert avant de passer la parole à Dominique A. L’autre Breton reprend son rôle dans l’album « Le phare » en chantant « Monochrome » et « Les bras de mer ». Il reviendra pour « Bagatelle » tirée de « L’absente ». Ses apparitions sont comme des respirations entre les titres instrumentaux livrés de façon très destroy. Que ce soit à la guitare électrique ou au violon, Yann se défonce totalement, se prenant pour le sideman d’un groupe de hard.

Il n’en oublie pas pour autant son public féminin avec les valses à l’accordéon dont il a le secret et qui lui ont valu la notoriété.

Généreux, il voudra livrer encore une autre surprise au public lillois déshydraté : « Le jour de l’ouverture » avec le trio breton réuni : Dominique A et Miossec, les deux exilés bruxellois, rééditent ce qu’ils ont fait en studio pour « Les retrouvailles ». Les trois voix se marient à la perfection et de voir ces trois grands bonshommes sur la même scène est toujours très émouvant.

En reprenant Elliott Smith, feu son frère spirituel, Yann perpétue son esprit, réussissant à convaincre tout en restant soi : un enfant du rock célébrant ses retrouvailles avec lui-même.

Yann Tiersen sera le 8 août au Rivierenhof, à Anvers. Réservations sur les sites www.arenbergschouwburg.be et www.ticketantwerpen.be.

24 juin 2005