Martenot au fil du net...

Miossec - Chroniques et interviews des artistes indie-pop-rock - Magicrpm.com

Publié par Martenot

Voir en ligne :

http://www.magicrpm.com/a-lire/inte...

Miossec - Chroniques et interviews des artistes indie-pop-rock -

Des Retrouvailles, forcément, pour paraphraser le titre d’un album de Yann Tiersen. “Eh bien, ce sont deux musiciens qui, à force de se croiser et de se décroiser depuis des années, ont décidé de tenter un truc ensemble, c’est-à-dire un projet. Comment les mots de l’un peuvent embrasser la musique de l’autre. Mais là, pas question de sortir les casseroles et les vieilles recettes du placard”, avait résumé, dans sa note d’intention, l’auteur de La Fidélité.

Au Quartz, donc, la scène nationale sise en face du mythique Vauban où Richard Dumas l’immortalisa sur la pochette de Boire (1995), Miossec lançait, jeudi 22 janvier, la création d’une formule à quatre mains avec son comparse brestois. Écrit et composé entre Le Conquet et Ouessant, le répertoire privilégie une formule scénique à large dominante “tiersenienne” puisqu’on y retrouve son guitariste (Marc Sens), son bassiste (Stéphane Bouvier), ainsi que sa pianiste et joueuse des ondes Martenot (Christine Ott). Ouvrant le concert par Nos Belles Années, où les guitares de Yann Tiersen et Marc Sens donnent d’emblée une tonalité expérimentale, Miossec chante “La mer empêche les poissons de voir le ciel”, renouant avec l’inspiration marine de 1964 (2004) et la plume de Georges Perros, référence littéraire avouée (Ainsi Soit-Elle).

Encore en rodage, le groupe impressionne sur quelques titres déjà promis aux honneurs radiophoniques (Les Joggeurs Du Dimanche, CDD, Montparnasse, La Plaisanterie). Devant une assemblée de mille cinq cents spectateurs privilégiés - dont les parents du chanteur finistérien et le peintre Paul Bloas, qui avait illustré L’Étreinte (2006) -, les deux acolytes pimentent les interludes. L’un joue le rôle du trublion, l’autre de l’autiste de service. “Ah, désolé, on ne fait que des chansons que personne connaît et qu’on apprend en même temps”, répète ainsi Christophe Miossec, avec l’humour qui le caractérise, imaginant même un numéro de comiques troupiers.

À l’occasion, Yann Tiersen, qui passe de la guitare au piano avec son aisance légendaire, interprète La Rade, un titre entêtant de sa discographie. Parfois rejoints par la chanteuse Gaëlle Kerrien, une nouvelle venue dans leur entourage, les deux Brestois prennent un plaisir scénique évident, après avoir passé du temps dans le studio de Yann Tiersen pour enregistrer le nouvel album de Miossec, annoncé par PIAS pour la fin du mois d’août. En ce jour d’avis de tempête à Brest, le résident de Loc-maria-Plouzané nous confiait nuitamment penser à Finistérien pour le titre de son septième Lp. Tout un programme...

Par notre envoyé spécial à Brest, Franck Vergeade.