Martenot au fil du net...

Musique classique : Livre > [Livre] Documentaire > Editions Delatour France > Rendre son sens magique à la musique… [24/01/2008]

Publié par Martenot

Voir en ligne :

http://www.resmusica.com/aff_articl...

Editions Delatour France

Rendre son sens magique à la musique...

André Jolivet : Ecrits, Textes transcrits, présentés et annotés par Christine Jolivet-Erlih. ISBN : 2-7521-0036-1. Editions Delatour France, Paris. Dépôt légal : 2007. 2 Volumes brochés, 816 pages. 52 €.

Voici un ouvrage qui risque fort de devenir indispensable à toute bibliothèque musicale digne de ce nom. Fruit de plusieurs années de travail intense, la retranscription des écrits d’André Jolivet annotés et présentés par sa fille Christine Jolivet-Erlih vient de paraître aux Editions Delatour France. Initiative d’autant plus courageuse que Christine Jolivet s’est plusieurs fois entendu répondre que « les écrits des musiciens n’intéressent pas les lecteurs » par plusieurs éditeurs reconnus. Bien que de nombreux ouvrages consacrés à Jolivet soient déjà disponibles (dont la récente biographie due à Jean-Claire Vançon chez Bleu Nuit), ces archives permettent de mieux saisir la pensée créatrice de cet homme hors du commun.

Travail énorme donc que celui de rassembler, classer et surtout retranscrire les notes personnelles, conférences, articles, interviews et nombreuses émissions radiophoniques, travail de toute une vie. Depuis son premier opus, le Quatuor à cordes (1934), jusqu’à l’ultime Yin Yang (1973), une quarantaine de notices et commentaires qu’André Jolivet a consacrés à ses propres œuvres sont reproduites, et possèdent un intérêt fondamental pour mieux aborder l’écoute de celles-ci, ou leur interprétation, tout en permettant de suivre le parcours du créateur. Sont abordées, entre autres, les célèbres Incantations pour flûte, le Concerto pour ondes Martenot et orchestre, Chant de linos, Mana, l’oratorio La vérité de Jeanne, etc. Sont également inclus de nombreux écrits tous plus passionnants les uns que les autres tels présentations de concerts, lectures, analyses d’œuvres....

La parution de ces deux tomes, comptant 816 pages, récompense l’extraordinaire tâche accomplie pour rendre toujours vivante la parole de celui qui a marqué l’histoire de la musique tant la force de sa création, visionnaire et décisive, a imposé un tournant dans la musique du XXe siècle.

Travail d’autant plus remarquable que nous constatons que les biographies consacrées aux musiciens sont bien plus nombreuses que les écrits provenant des musiciens eux-même. Or, tout ce qu’un artiste peut dire sur son œuvre, ou sur l’exercice de son art en général, ne peut que contribuer à nous rapprocher davantage de sa pensée.

C’est donc un réel enrichissement que de lire, par exemple, Jolivet expliquer qu’ » Il faut ramener la musique à la source de toute expression artistique qu’est le rythme universel. Et la musique est l’Art capable de le mieux exprimer ». Le compositeur, qui ne souhaitait jamais dévoiler l’alchimie de ses compositions (ses recettes de cuisine, disait-il), affirme désirer « rendre son sens magique à la musique, devant provoquer intensément la transe et l’intégration de l’être humain dans le système cosmique ».

André Jolivet, qui commença sa carrière professionnelle en qualité d’instituteur, a eu la chance de connaître, de son vivant, la reconnaissance de son talent, ayant occupé, entre autres, les fonctions de Président des Concerts Lamoureux, et de professeur de composition au conservatoire national ...malheureusement, son opéra Bogomilé commandé par Rolf Liebermann restera inachevé.

Cet ouvrage sert de témoignage-clé tant pour l’évocation de la mémoire du compositeur que pour nous sensibiliser à sa pensée dont beaucoup de musiciens actuels se sont inspirés.

Dans notre monde actuel au sein duquel le rationalisme prend de plus en plus de place, où, grâce à la technologie, de la musique uniquement « jolie » berce nos oreilles à longueur de journée, il est utile de (re)découvrir la pensée d’André Jolivet qui, déclarant « écrire pour ceux qui aiment », n’a jamais cessé de proclamer que « La musique, envisagée dans sa partie spéculative, est la connaissance de l’ordre de toute chose, la science des rapports harmoniques de l’Univers ».

Par la richesse de leur propos, et bien que le Maître nous ait quittés il y a plus de trente ans, beaucoup de ces textes sont d’une incroyable modernité. A (re)lire...sans modération !