Newsletter Sélection 1

Nouvelles de l’Ondomo

Publié par Daniel BLACKSTONE

Voici les dernières nouveautés concernant l’Ondomo, l’instrument conçu et réalisé par Naoyuki Omo.

Yves Farge a rencontré Nao et nous communique les dernières informations concernant l’instrument.

Rappelons que l’Ondomo est constitué de trois parties :

  • 1 - L’interface utilisateur avec le clavier, la bague, la touche d’expression et les touches du clavier (et éventuellement la pédale de volume qui est disponible en option),
  • 2 - l’électronique qui se trouve dans le tiroir,
  • 3 - l’ébénisterie.

La dernière mise à jour a porté sur le tiroir.

Le design du tiroir a un peu changé pour rendre l’accès et la visibilité aux réglages plus facile. On peut s’en rendre compte sur la photo ci-jointe. Ont été rajoutés des potentiomètres de réglage de volume (N C O G). Les sorties ont été changées elles aussi. N’existe plus que d1 d2 et d3. (d4 a disparu car c’était une sortie stéréo). Nao a jugé après les retours des utilisateurs que ce n’était pas utile puisque l’Ondomo est monophonique. La connexion pour la pédale de volume se trouve sous le tiroir.

  • d1 = HP interne
  • d2 = HP extérieur mono
  • d3 = sortie ligne mono

L’alimentation se fait maintenant uniquement avec un adaptateur 9 V standard que l’on trouve très facilement dans le commerce.

Voilà pour ce qui est visible.

Le grand changement se situe dans l’électronique et concerne particulièrement ce qui a trait au son. En effet Nao a totalement repensé le schéma de la carte électronique. Son objectif a été de s’approcher encore plus du son de l’Onde Martenot originale en retravaillant sur les formes d’onde. Il a aussi éliminé le bruit de fond constaté sur certains modèles. Il a amélioré la sensation de la touche d’expression là encore pour s’approcher de l’original. Une des demandes des utilisateurs (et aussi grâce aux conseils de Pura Penichet-Jamet) était d’avoir un son moins uniforme entre les différents réglages de N O T 8 C G g. C’est maintenant le cas avec des nuances bien plus précises et plus marquées entre les sons (grâce au travail sur les formes d’ondes).

Sur les derniers modèles le tissu équipant la face arrière se voit doté d’un tissus ’vintage’ des années 50 que Nao a pu acheter ce qui donne un look encore plus sympa à cet instrument hors normes. Et comme toujours la qualité et l’attention portée à la fabrication constituent un travail de luthier.

Le meilleur reste à venir car toutes ces améliorations se font GRATUITEMENT sous forme de changement de pièces sur les Ondomo qui ont été vendues et qui font parties du lot des 100 premiers instruments que Nao a produit. Cela témoigne vraiment de la volonté dans laquelle Nao souhaite perpétuer l’esprit du créateur monsieur Martenot au service de la musique et des Ondistes.