Martenot au fil du net...

RFI Musique - Tiersen tout en électricité

Publié par Martenot

Voir en ligne :

http://www.rfimusique.com/musiquefr...

27/04/2006 - Le brestois multi-instrumentiste s’est fait plaisir au Palais d’Auron. Pour l’occasion, il avait invité Diam’s, Dominique A ou encore Grégoire, le saxophoniste des Têtes raides. Le public, un brin surpris, a du affronter le premier orage sonore de la semaine.

"Je ne suis pas venue voir du rock ! " Pauline, moue boudeuse, affiche sa déception. Elle voulait entendre le Yann Tiersen des bandes originales de film, l’auteur des musiques pluvieuses inspirées d’Ouessant. Il y a bien eu déluge, mais de décibels avec des trombes de guitares saturées en prime. Tout avait pourtant bien commencé. Le Breton, sagement agenouillé devant son piano d’enfant, Grégoire de passage avec ses flûtes. Deux morceaux tout en douceur pour démarrer. Quiétude Le public, sagement assis dans les gradins, ne s’attendait certainement pas à des telles déferlantes sonores. Même dans un intermède solo au violon, Yann Tiersen trouve le moyen de s’exciter sur son archet à en casser un nombre de crins. Que ce soit avec une guitare ou un accordéon, le résultat reste le même : du gros son à vous en chavirer les guiboles. Un moment de répit tout de même, la prestation de Diam’s avec son titre Ma France à moi. Une collaboration pas forcément évidente, mais qui restera comme un des passages les plus frissonnants de ce concert.

Batterie en avant, guitariste « géotrouvetout » amateur d’expérimentations, ondes Martenot en guise de clavier, Yann Tiersen et ses musiciens ont offert une soirée décoiffante de rock volontairement bruitiste. Aucun des invités ne dépareille : Dominique A, présent sur une demi-douzaine de morceaux, intègre à merveille son timbre fatigué. La palme de l’engagement revenant à Katel, jeune chanteuse à la voix surpuissante. Histoire de boucler la boucle, le groupe termine sur une belle composition planante. Dans le public, les yeux se ferment, les voyages se forment. A la sortie, chacun devrait avoir trouvé sa part de bonheur.