Martenot au fil du net...

Des idées pour sortir | Humanite

Voir en ligne :

http://www.humanite.fr/29_10_2010-d...

Des idées pour sortir

Culture - le 30 Octobre 2010

culture

Des idées pour sortir

Bons Plans Les Primeurs de Massy clôturent en beauté Le festival qui aide les nouveaux talents se conclut avec Zaz, Sly Johnson (le 30 octobre), Madjo, Jesse Dee (le 31 octobre). Tél.  : 01 69 75 12 80.

Lumineux Lokua

AFRICA. Tournée. Repéré dès son arrivée en France, en 1984, par le maestro Ray Lema, Lokua Kanza (notre photo), chanteur, poly-instrumentiste, auteur et compositeur inspiré, s’est imposé au fil des ans comme un artiste contemporain essentiel. Le CD Nkolo, fruit de ses voyages entre le Congo, la France et le Brésil, combine à merveille sanza, fines percussions, guitare et instruments insolites – cristal Baschet et ondes Martenot, dont Thomas Bloch extraie des sonorités lumineuses. La chanson Nakozonga psalmodie la douleur de l’immigré avec une douceur persuasive, que porte un subtil tissage vocal. Il faut toute notre délicatesse pour que le pudique Lokua accepte de se confier  : «  Mes débuts en France ont été durs. L’hiver 1984 se révéla rude. Je n’avais pas d’argent, pas de chauffage. Je me nourrissais de pain, d’eau et de sucre. Nakozonga est ma façon de dire aux frères et sœurs exilés que mon cœur est toujours avec eux. » Je me rappelle avoir, un jour, surpris Lokua achetant un carnet de tickets de métro à un jeune démuni qui hésitait à sauter par-dessus le tourniquet. «  Par respect pour sa dignité  », m’avait-il soufflé, presque gêné d’avoir été pris en flagrante action de solidarité. Né d’un père zaïrois et d’une mère rwandaise, il sait comment les affres de la guerre poussent les plus pauvres à quitter leur terre. Dans Nkolo, il dresse un constat lucide sur le monde. Chez Lokua, la conscience demeure aiguë, mais il l’exprime d’une voix pacifiée. «  Je veux garder l’œil attentif, mais aussi trouver de la joie dans la vie  : une philosophie que je souhaite transmettre au public.  » De son ascendance mongo (Congo), il cultive de savantes polyphonies, dont il combine les lianes avec des fleurs de gospel, rock ou blues, soignées avec la même application. Et voilà que nous irradie la sobre magnificence de Nkolo.